175 Haussmann

Réinterpréter l’architecture parisienne

La restructuration du 175, boulevard Haussmann est l’occasion de s’inscrire dans une ville résiliente et innovante, capable de se renouveler en se réinventant. PCA-STREAM y réunit deux bâtiments distincts pour créer un ensemble tertiaire cohérent, tourné vers le bien-être et les modes de travail collaboratifs. Une surélévation contemporaine et emblématique, en écailles de verre, relie pratiquement et symboliquement les bâtiments et les époques.

Un ensemble palimpseste

Au cœur du Quartier Central des Affaires, à deux pas de l’Étoile, le 173-175 Haussmann prend place dans l’environnement historique et prestigieux du 8e arrondissement, l’ensemble se positionnant en proue à l’angle du boulevard Haussmann et de la rue du faubourg Saint-Honoré. Hybride, il est composé de deux immeubles différents, le 175, un haussmannien classique de 1863, initialement dédié à du logement, et le 173, datant du début des années 1920, qui présente des notes Art déco et a toujours été destiné à du bureau. Une restructuration menée au début des années 1990 a réuni les deux immeubles autour d’un programme tertiaire, mais l’union a été menée assez brutalement, au profit des surfaces et sans grande cohérence. De ce point de vue, le 173-175 Haussmann forme un ensemble palimpseste typique des évolutions du bâti historique de la capitale, notamment dans cette partie de l’ouest parisien. Le nouveau projet de restructuration mené par PCA‑STREAM est l’occasion de lui redonner cohérence et cachet, de symboliquement réinventer l’haussmannien au carrefour même de naissance d’Eugène Haussmann.

Un immeuble tertiaire hors d’usage

Le projet nécessitait la réalisation d’un diagnostic profond avant d’entamer une reprogrammation totale. Dépassé dans la conception des espaces de travail, la décoration et la technique, l’ensemble souffrait de défauts architecturaux et d’usages, notamment un problème de connexion entre les bâtiments, avec des différences de niveaux et un noyau de circulation peu clair. La séquence d’accès, peu qualitative, se faisait via un sous-sol donnant sur un patio peu lumineux au design daté, alors que l’on privilégie aujourd’hui une véritable expérience dès l’entrée des bureaux. L’enjeu devenait ainsi de créer une articulation fluide et agréable en repensant les circulations. De l’extérieur, l’ensemble présentait un pignon aveugle peu esthétique dans l’angle, lié aux différences de hauteur du 175 et du 173, mais également un problème d’accès et d’adressage, avec une entrée de côté, via le 173, confidentielle et peu identifiée.

Au vu de l’ampleur des travaux, le projet était également confronté à la nécessité de créer de nouvelles surfaces de qualité, pour valoriser l’immeuble et répondre dans le même temps à l’évolution des usages de travail. PCA‑STREAM a ainsi développé un projet de reprise en profondeur, en deux temps : une restructuration générale, suivie d’une adaptation pour le preneur, la banque Lazard, avec PCA‑STREAM pour le design des espaces communs et RF Studio pour les espaces collaborateurs.

Stratégie architecturale

Selon sa démarche de recherche-action, qui privilégie l’analyse et l’intelligence collective sur le geste d’auteur, PCA‑STREAM a imaginé la transformation du 175 Haussmann selon une approche sans formalisme gratuit, en apportant des réponses au diagnostic du bâtiment et à la vision stratégique imaginée pour son redéploiement.

Redonner lisibilité et cohérence

Le premier objectif était de redonner une visibilité et lisibilité importante à l’immeuble depuis la rue. La libération du rez-de-chaussée du 175 a permis de ramener les accès vers la pointe du bâtiment et de créer une entrée majestueuse dans l’axe. L’entrée est ensuite magnifiée en dégageant de la hauteur libre par un grand lustre qui produit un volume ample et spectaculaire. À l’intérieur du bâtiment, la restructuration permet une remise aux normes générale, pour l’adapter aux standards contemporains, mais également de redonner cohérence à l’ensemble. La clarification des circulations par une nouvelle batterie d’ascenseurs, un noyau et des plateaux repensés permet notamment de gommer la frontière entre les immeubles.

Faire signal

Avec l’ambition d’offrir un signal dans le paysage urbain, PCA‑STREAM s’est appuyé sur le potentiel de surélévation du 175 pour donner une nouvelle image et un nouvel élan à l’immeuble, tout en optimisant ses surfaces. Un premier étage supplémentaire en pierre, de façon à respecter l’équilibre des masses, est complété de deux étages sous verrière, d’esprit plus contemporain, qui donnent à l’ensemble une esthétique unique. La verrière réinvente l’identité du 175 Haussmann en apportant un élément très contemporain intégré au contexte historique et patrimonial du quartier. Ce landmark iconique illustre le nouveau rôle symbolique du siège social, qui doit incarner l’image et les valeurs de l’entreprise. Endroit à voir et pour voir, les espaces singuliers de cette verrière, entre intérieur et extérieur, deviennent aussi un outil de communauté.

Répondre à la nouvelle vocation stratégique des bureaux

Le 175 Haussmann se devait de répondre à l’évolution des modes de travail, devenue un sujet central pour les entreprises concevant ou réimaginant leur siège. En l’espace de dix ans, les immeubles de bureaux sont passés d’un centre de coût, géré par les responsables administratifs, à des outils stratégiques de management, pilotés par la direction générale. Ils incarnent désormais l’identité de l’entreprise pour générer fierté et sentiment d’appartenance auprès des collaborateurs, mais également pour attirer les nouveaux talents. Par leur confort, leur aménagement et la qualité de leur conception spatiale, ils deviennent un lieu communautaire, favorisant de nouveaux modes de travail agiles et collaboratifs. Le nombre, l’ampleur et la qualité des espaces communs y permettent de favoriser la circulation informelle des connaissances, la sérendipité, et au final la créativité. Ils doivent enfin répondre aux préoccupations environnementales et aux aspirations à la biophilie de plus en plus prégnantes chez les collaborateurs par une conception ambitieuse.

Le bien-être au coeur du projet

La restructuration du 175 Haussmann est emblématique d’une volonté d’enrichir l’expérience des utilisateurs et de s’adapter à de nouveaux usages. Le changement de paradigme est de penser l’immeuble pour l’utilisateur plutôt qu’en fonction de seules logiques financières poussant à optimiser des surfaces génériques. 

Incarner le bien-être au travail

Le 175 Haussmann incarne la prise de conscience que le bien-être doit être premier pour attirer les talents, améliorer la créativité et l’efficacité. Le projet porte ainsi une attention particulière au design des espaces de services, dans l’esprit des lobbys d’hôtel, mais aussi au mobilier, qui renvoie à des codes esthétiques plus domestiques que purement tertiaires. Le design est simple et sobre, pour des plateaux les plus ouverts et fluides possibles. Entièrement modulables, ils visent une flexibilité maximale pour s’adapter à l’évolution des usages et combiner confort et efficacité. Ils sont également très lumineux, grâce à une façade blanche et vitrée sur le patio, qui dispose d’un système innovant en caléidoscope, qui permet de réfléchir la lumière et, en combinaison avec l’élargissement du patio, de la faire descendre jusqu’en bas. 

Favoriser l’horizontalité et l’échange

Les deux bâtiments d’origine étant mal reliés, la restructuration imaginée par PCA-STREAM a pris le parti de favoriser physiquement et symboliquement l’horizontalité. Le dessin d’un nouveau noyau de circulation a permis de créer des plateaux fluides et ouverts, offrant une répartition horizontale non hiérarchique des équipes. Un même soin est apporté à l’ensemble des espaces de travail, quelle que soit la fonction de l’occupant. Les plateaux sont complétés d’un ratio important d’espaces communs favorisant la rencontre et la collaboration informelle.

Si l’on retrouve des cafétérias à tous les étages du 175 Haussmann, ainsi qu’un grand espace de convivialité, cet esprit est tout particulièrement emblématisé par l’atrium exceptionnel, à destination des équipes et clients. L’élargissement de la cour central a permis d’y créer un espace commun convivial et lumineux qui devient une place du village pour la communauté de Lazard. Hébergé sous une grande verrière triple hauteur, c’est l’espace où les collaborateurs se retrouvent, échangent ou mènent des séquences de travail informel.

Créer un dialogue intérieur/extérieur

À rebours des immeubles de bureaux classiques, fermés et autarciques, PCA‑STREAM a voulu créer un dialogue intérieur-extérieur, d’abord grâce au jeu d’écailles de verre de l’espace unique, puis par une reconquête des terrasses, en redistribuant la technique qui envahissait cet espace, pour y développer une terrasse paysagère à vivre. L’accès à des espaces extérieurs partagés et végétalisés constitue un atout important, la présence du végétal ayant un impact direct sur le bien-être humain. Les collaborateurs pourront y travailler ou se détendre en profitant de vues panoramiques exceptionnelles sur Paris. Des espaces informels et inspirants, qui offrent une richesse d’usage et permettent de travailler de manière souple, en phase avec les saisons, en apportant une dimension sensorielle de biophilie à l’immeuble.

Le 175 Haussmann se reconnecte également à l’environnement de son quartier en intégrant un restaurant accessible par l’extérieur du bâtiment, répondant ainsi au besoin de s’aérer. Au sein d’un ample volume en double hauteur, il est réservé aux équipes de Lazard aux horaires du déjeuner, mais ouvert au public en dehors. Cette volonté d’hybridation du restaurant d’entreprise permet de favoriser l’émergence d’usages multiples.

Une approche environnementale ambitieuse

À l’échelle urbaine comme architecturale, PCA‑STREAM développe une approche métabolique de la ville et du bâti, considéré comme vivant, connecté à son écosystème. Dans le cadre d’une réhabilitation lourde sur de l’ancien, entraînant de nombreuses contraintes techniques et patrimoniales, le projet développe des ambitions environnementale et paysagère de premier plan.

Une conception énergétique de pointe

Au-delà du travail pour rendre le bâtiment inerte thermiquement, la position géographique centrale et hyper-connectée du 175 Haussmann a un fort impact sur les usages, notamment les mobilités, qui améliore l’impact carbone de l’ensemble autant sinon plus que le bâti lui-même, phénomène encouragé par la mise en place d’un important garage à vélo incitatif pour les usagers. L’ensemble des fenêtres est par ailleurs conçu de façon à pouvoir s’ouvrir et privilégier une ventilation naturelle pour des raisons de confort, de consommation énergétique (par limitation de la climatisation), mais également pour des raisons sanitaires. Les systèmes de protection énergétiques passifs sont par ailleurs complétés par la mise en place d’un dispositif de production d’énergie renouvelable via des verres photovoltaïques intégrés sur le versant sud-ouest de la verrière.

Un projet paysager et productif innovant

La restructuration du 175 Haussmann a été conçue de façon à encourager une reconnection du bâti et de ses usagers à la nature. Les surfaces végétalisées y forment un ensemble cohérent et connecté, du sixième étage jusqu’aux toitures inaccessibles. Elles associent une quête de qualité esthétique à la recherche d’un impact environnemental positif et d’une offre paysagère urbaine nouvelle et dynamique. La toiture-terrasse végétalisée met notamment en œuvre une technique innovante de permaculture urbaine verticale, développée en collaboration avec la start-up Sous les Fraises. Le dispositif d’agriculture urbaine sur substrat est ainsi complété par l’utilisation d’une membrane hydrobiologique comme outil de végétalisation verticale, un système à la fois ornemental et productif.

Favoriser la biodiversité

L’enrichissement de la biodiversité générale du quartier passe sur le projet par l’emploi d’une large palette de variétés végétales franciliennes, entretenue à partir de procédés de culture biologique, sans pesticide, ni herbicide. Par ailleurs, les qualités agronomiques de la membrane hydrobiologique employée pour la végétalisation verticale se bonifient avec le temps et l’usage. Elle devient le support d’un écosystème complet, alimenté par des matières organiques, où micro-organismes et végétaux évoluent en symbiose.

Une gestion de l’eau exemplaire

Au sein de l’approche environnementale globale du 175 Haussmann, un soin particulier est apporté au traitement des ressources en eau. Le système de végétalisation permet une gestion économe et optimisée de la ressource, notamment via l’intégration d’un dispositif de traitement des eaux grises utilisant le potentiel de phytoépuration des végétaux. Les eaux grises du bâtiment sont par ailleurs récupérées et font l’objet de traitements successifs dans un système de cuves contenant des algues et plantes aquatiques capables d’absorber des substances inorganiques. L’eau ainsi recyclée est utilisée pour l’irrigation et l’arrosage de la végétalisation de la terrasse. L’installation d’une cuve de récupération des eaux pluviales permet enfin une réutilisation pour l’alimentation des réservoirs des toilettes.

Un bâtiment du XXIe siècle pour une entreprise tournée vers l’avenir

Institution de la vie économique et des affaires françaises depuis plus de 170 ans, la maison Lazard est bâtie sur des valeurs d’excellence. À l’image de celles qui animent les équipes de Lazard, le 175 Haussmann se devait de refléter cette excellence qui est leur exigence quotidienne, et ce jusqu’au moindre détail. Fruit d’une collaboration étroite entre Lazard, PCA‑STREAM et RF Studio, l’architecture d’intérieur du 175 Haussmann incarne symboliquement les valeurs fortes dans lesquelles la banque d’affaires souhaite s’inscrire, notamment l’idée d’une entreprise ouverte avec des bureaux permettant plus de collégialité, de communication, de convivialité et favorisant l’inclusion.

Recevoir en confidentialité

L’un des défis principaux du projet 175 Haussmann était de bien comprendre les enjeux et besoin d’une banque d’affaires comme Lazard, avec une dualité entre confidentialité et ouverture. Il s’agissait de s’inscrire à la fois dans les nouveaux usages de travail et enjeux managériaux tout en préservant ce qui fait la spécificité de Lazard : la confidentialité.

L’équipe d’architecture intérieure de PCA‑STREAM et celle de RF Studio ont travaillé avec Lazard pour adapter les espaces clients à ces spécificités et besoins. Les parcours d’accueil ont ainsi été conçus de façon à ce que les visiteurs ne se rencontrent pas, des salons privés munis de systèmes d’occultations élégants et discrets (panneaux japonais isolant de la rue, maille métal dans les fenêtres donnant sur le patio) jusqu’aux salles à manger clients et leurs murs tapissés de tissu sur mesure en passant par les salles de réunion dont les cloisons allient l’élégance d’un habillage en noyer à la clarté du verre flûté. Un travail approfondi sur l’acoustique, les matières ou l’éclairage a permis de créer des espaces protégés tout en restant lumineux, chaleureux et confortables. Le 175 Haussmann incarne ainsi l’ambition de Lazard de rester au plus près des besoins et attentes de ses clients. Il a été pensé pour eux comme une maison offrant de multiples espaces pour échanger, partager et inventer.

Incarner un art de vivre à la française

Le 175 Haussmann incarne un certain art de vivre à la française, une élégance parisienne, sans ostentation, à la fois intemporelle et tournée vers l’avenir. Cette approche se développe en trois séquences : un hall très graphique agrémenté d’un dôme lumineux magistral, suivi de salons privés cosy feutrés (dont les tapis en plan de villes forment clin d’œil à l’implantation internationale de Lazard), et d’un atrium spectaculaire de convivialité, d’échange et d’événementiel. Les détails de matière déclinent une élégance naturelle : chêne clair, pierres naturelles bleues du Hainaut et Botticino, cuir, laiton massif. L’espace exceptionnel de réception en toiture permettra à Lazard de partager cet art de vivre avec ses clients et partenaires privilégiés.

Le symbole d’une démarche tournée vers l'avenir

Le choix du 175 Haussmann comme nouveau siège par Lazard Paris témoigne d’une démarche volontairement contemporaine, incarnant à la fois ses valeurs intemporelles et son engagement vers l’avenir. Le bâtiment incarne parfaitement cette combinaison harmonieuse, dans sa dimension patrimoniale et dans ses extensions contemporaines. Comme dans le travail même de Lazard, ce nouveau siège incarne spatialement la tension entre nécessaire confidentialité, discrétion et excellence, mais aussi l’envie de promouvoir la convivialité et de favoriser de nouveau modes de travail plus collaboratifs. Tout à la fois classique et moderne, élégant et agréable à vivre, il deviendra un facteur d’attractivité pour l’entreprise, un écrin où elle pourra aborder avec sérénité et ambition une nouvelle étape de son histoire.

Le 175 Haussmann donne aux clients comme aux collaborateurs le sentiment d’être chez eux, dans un lieu où ils sont invités à construire la vie économique et des affaires de demain. Un déménagement, passage symbolique d’un lieu à un autre, est toujours le bon moment pour reconsidérer sa façon d’aborder des valeurs. Cette évolution se ressentira petit à petit, dans la vie quotidienne. Au-delà de son esthétique, la réussite d’un projet se mesure au fait que les collaborateurs et clients commencent à prendre conscience de la chance qu’ils ont de pouvoir apprécier un lieu tel que celui-ci au quotidien.

Suivi de chantier

Le suivi photographique de ce bâtiment est assuré par Jean-Philippe Mesguen. En observateur avisé, il photographie et enregistre tous les mois les différentes étapes de ce chantier, et ce jusqu'à la livraison.

©Jean-Philippe Mesguen
©Jean-Philippe Mesguen
©Jean-Philippe Mesguen
©Jean-Philippe Mesguen
©Jean-Philippe Mesguen
©Jean-Philippe Mesguen
©Jean-Philippe Mesguen
©Jean-Philippe Mesguen
©Jean-Philippe Mesguen
©Jean-Philippe Mesguen
©Jean-Philippe Mesguen
©Jean-Philippe Mesguen
juillet 2019 © Jean-Philippe Mesguen

#slideshow-1250

Informations

Client CNP Assurances
Programme Restructuration d’un bâtiment de bureaux
Localisation 173-175 boulevard Haussmann, Paris 8e
Mission Complète
Surface 11 979 m²
Statut Livré
Certifications  NF Bâtiments Tertiaires Rénovation ; Démarche HQE Bureaux – millésime 2015 Niveau Exceptionnel ; BREEAM International Refurbishment Fit Out 2015 Niveau Excellent ; Label BBC EFFINERGIE RENOVATION
Équipe — Maîtrise d’ouvrage : CNP Assurances et Lazard Frères
— AMO : JLL, Colliers
— MOEX : SCO
— BET Structure : Kephren
— BET Façades : VS-A
— BET Fluides : CCI
— BET SSI et Sécurité : CSD Face
— BET Environnement : Green Affair
— Économiste : DAL, SCB
— Acousticien : META acoustique
— Paysagiste : Sous Les Fraises
— Bureau de contrôle et SPS : Qualiconsult
— Concepteur lumière : Ph. A - Concepteurs lumière et design, LOOOM
— Géomètre : Legrand

Entreprises :
— Entreprise générale : Dumez Île-de-France
— Curage : LMPR
— Gros oeuvre : Dumez Île-de-France
— CFO, CFA, VDI : Santerne
— CVCD, plomberie : TOP, Barcolair
— Étanchéité : Hitec, Soprema
— Menuiserie extérieure : Garcia Faura, Faure
— Verrières : Coveris
— Ravalement : Coba
— Cloisons, plâtrerie : Bangui, Hitec
— Plafonds : Suevos, Sofrastyl
— Faux planchers : Denco
— Menuiserie, agencement : TMB, Novidis, MEN
— Revêtements durs : EDM, SDSR
— Sols souples : Bangui, SDSR
— Peinture : Bangui, Kelly Decor, Signature murale
— Sécurité : CASOE
— Serrurerie : Schaffner, Atole
— FF&E : Silvera
— Ascenseurs : Schindler, Alma
— Espaces verts : Sous Les Fraises, Le Prieure

Fournisseurs :
— Enduit déco : Signature murale
— Cuir : Christophe Fey
— Tapis, moquettes : Tai Ping
— Luminaires : Ambiance lumière, Flos, Louss/Firalux, Vibia, Ladies&Gentleman
— Tissus : Kvadrat, Sahco, Biobject, Maile Métal Design
— Carrelage : Mosa
— Mobilier : Stellar Works, Vitra, Muuto, Lema, Fritz Hansen, Alki, Hay, Andreau World