360

360 réhabilite trois immeubles de bureau des années 1980 ne répondant plus aux attentes et besoins actuels. Sa localisation et son accessibilité remarquables, en proue du Périphérique à la frontière de Vanves et Paris, invitait à une réhabilitation ambitieuse pour y développer des espaces ergonomiques et innovants, tout en adaptant le bâti aux enjeux environnementaux contemporains. 360 s’inscrit dans la dynamique de redynamisation du quartier du Plateau et la perspective future d’une pacification du boulevard périphérique.

Refaire la ville sur la ville : éloge de la réhabilitation

360 repose sur la réhabilitation de trois immeubles contigus, Artois, Berry et Bearn, présentant les défauts classiques des bâtiments tertiaires et de l’urbanisme de ZAC des années 1980 : un ensemble aux équipements obsolètes, peu performant énergétiquement et inadapté par sa forme et son fonctionnement aux usages contemporains.

360 méritait pourtant une réinvention de part son emplacement remarquable, à l’extrémité du quartier du Plateau à Vanves, et son linéaire de façade exceptionnel donnant sur le Périphérique. L’ensemble bénéficie par ailleurs de vues dégagées sur Paris et d’une accessibilité de premier plan, entre les portes de Brancion et Versailles, à proximité du Parc des expositions et d’une station métro de la ligne 13. 360  illustre la conviction de PCA-STREAM qu’il y a une noblesse dans le travail architectural de réhabilitation, à refaire la ville sur la ville en transformant radicalement l’image et les usages d’un bâtiment tout en conservant au maximum l’existant.

Le bureau de demain : ouverture, flexibilité et bien-être

Réinventer ce grand ensemble tertiaire suppose de l’adapter aux nouveaux usages au travail. Poussé par les talents des jeunes générations et renforcé par la pandémie de Covid 19, le paradigme de l’espace de travail est bouleversé : le bureau devient un lieu d’échange, un espace de relation et de vie qui met le bien-être des collaborateurs au cœur de ses préoccupations.

La réouverture du bâtiment est emblématisée par le nouveau hall traversant en double hauteur et son escalier magistral. Les circulations sont optimisées par le passage de trois à deux noyaux verticaux, largement vitrés et installés façades, baignés de lumière et offrant des paliers traversants nord-sud aux vues remarquables.

Ces nouvelles circulations permettent une grande flexibilité d’usage, selon divers scenarii de location allant du multi-preneurs à chaque étage au mono-preneur par étage. Un épaissisissement partiel offre de grands plateaux ouverts et ultra flexibles. La recherche de vues et d’un éclairage naturel en profondeur a conduit à maximiser la surface vitrée en façade. Au sud, les balcons filants et les terrasses du R+5 renforcent le bien-être des usagers, qui peuvent tous accéder a des espaces extérieurs végétalisés. De nombreux services viennent compléter cette attention au bien-être des collaborateurs, avec les commerces du socle, mais aussi un espace fitness ou l’accès au rooftop, véritable toiture-jardin aux vues imprenables sur Paris. En connexion directe avec l’espace de restauration commun du R+8, il est ouvert à toute heure, offrant des usages multiples comme lieu de détente, de travail ou d’échanges plus ou moins informels.

Porosités urbaines : en finir avec l’ensemble tertiaire autarcique

360 a été conçu pour rompre avec la logique du zoning fonctionnaliste et s’inscrire dans une urbanité vivante. Symboliquement, la façade sud offre de larges ouvertures vitrées, tandis que l’optimisation des circulations et la réimplantation des halls d’accueil a permis de libérer des espaces commerciaux dans le socle pour accueillir des fonctions ouvertes aux usagers de l’immeuble comme aux habitants du quartier du Plateau : boulangerie, bar à salade, atelier de réparation de vélo, coworking…

La nouvelle façade sud s’inscrit de façon plus qualitative dans son environnement, avec des extensions assurant une continuité du socle et une végétalisation formant un véritable paysage vertical. L’espace de l’ancien RIE est rendu à l’espace public et végétalisé, embellissant l’allée piétonne par la création d’un parvis devant l’entrée du bâtiment. Au nord, les rampes d’accès aux parkings sont réduites pour libérer un maximum d’espace public de qualité. L’ouverture du bâtiment sur ses deux expositions anticipe la requalification de la contre-allée mais aussi la pacification future du boulevard périphérique.

Performance énergétique et végétalisation : une démarche environnementale exemplaire

Une réhabilitation comme celle de 360, imaginée pour répondre aux défis du XXIe siècle en réinventant un patrimoine des années 1980, se devait de développer une approche environnementale ambitieuse. Au-delà de la démarche de réhabilitation, qui permet d’économiser le poids carbone d’un bâtiment neuf dans un scenario de démolition-reconstruction, la conception des façades a été dictée par un souci de modernisation esthétique mais aussi et surtout pour optimiser ses performances. L’isolation est désormais assurée par l’extérieur, tandis qu’en façade sud les balcons filants assurent une fonction de brise-soleil. Le traitement thermique des façades est complété par des choix techniques économes en énergie, ainsi qu’une démarche d’incitation à l’usage des transports doux via un très grand parking velo, en lien avec l’atelier de réparation, ainsi que des vestiaires-douches et des casiers.

La végétalisation de l’ensemble des extérieurs de l’immeuble lui permet par ailleurs de participer d’une démarche de reconnexion de la ville à la nature. Elle se développe en façade nord dans les nouveaux noyaux de circulations verticales, au sud sur les balcons et terrasses, jusqu’au rooftop végétal, qui comprend un potager. La toiture végétale offre des espaces collectifs confortables et insolites, mais permet également des gains pour l’étanchéité, l’inertie thermique, la réduction des îlots de chaleur, la filtration des polluants et la création d’habitats favorables au développement de la biodiversité.

Informations