Le tiers-secteur de la recherche

  • Publié le 15 octobre 2022
  • Diego Landivar

Diego Landivar est le fondateur d’Origens Media Lab, un « tiers-laboratoire » de recherche conçu pour répondre à des situations critiques. Plus souple et réactif qu’un laboratoire de recherche académique, il s’intéresse aux transformations profondes induites par la crise écologique et accompagne la société civile dans ses combats.

Quelle est l’originalité d’un laboratoire comme Origens Medialab ? En quoi peut-on parler de « tiers-laboratoire » ?

Notre laboratoire accueille des chercheurs, tout comme un laboratoire classique, mais notre structure a la particularité de leur permettre de s’extraire des carcans de la recherche académique traditionnelle. Il est en effet de plus en plus difficile, dans ce type de contexte, de mener des recherches expérimentales – en particulier dans les domaines des Sciences Humaines et Sociales -, du fait des positionnements stratégiques des laboratoires, des contraintes financières au développement de nouveaux programmes et de la gestion par projet de la recherche. Ces contraintes réduisent la flexibilité des sujets de recherche et laissent peu de place à l’adéquation de la recherche à des situations d’urgence (sociale, climatique, sanitaire…) et à la commande citoyenne.

Pour exemple, un épisode important dans la définition de notre mission a été la création d’un incinérateur de déchets sur la commune de Clermont-Ferrand en 2012-2013. Ce projet a généré une levée de boucliers dans la société civile, notamment dans le voisinage, chez les élus et les activistes locaux, qui se sont organisés pour y faire barrage. Ils se sont alors tournés vers des chercheurs des laboratoires de recherche traditionnels, afin qu’ils les aident à réunir des arguments scientifiques, écologiques et sanitaires pour bâtir une stratégie contre le projet. Quelques chercheurs dans une démarche individuelle ont soutenu la démarche. Mais la recherche institutionnelle n’a malheureusement pas pu répondre favorablement, en raison des contraintes administratives et académiques : projets et financements en cours, heures déjà allouées à chaque projet, livrables à produire, articles à rédiger, conférences à mener…

Cet événement peut paraître anecdotique, mais il montre bien l’incapacité du système de recherche français à répondre à des situations écologiques critiques et aux sollicitations de collectifs désireux de déclencher des recherches et enquêtes. En réfléchissant à cette situation, nous avons décidé, avec Alexandre Monnin, puis plus tard, avec l’aide d’un collectif de 20 chercheurs provenant de d’horizons disciplinaires différents, qu’il fallait s’inspirer des « Nouveaux Commanditaires », un protocole mis en place en 1990 par François Hers, qui a permis d’enclencher une démocratisation de la commande artistique. L’idée était de trouver des manières de répondre et d’aider les citoyens à déclencher des enquêtes face à des situations, écologique, sanitaires, sociales, … critiques, via ce que nous avons appelé le protocole « CooPair ».

La recherche n’est malheureusement pas armée face à des situations nécessitant une réaction rapide, notamment parce que la quête de financements et la mobilisation de personnel prennent du temps. Cela engendre une véritable inadéquation entre la réalité de terrain, faite d’accélérations et de situations critiques, et les stratégies académiques et financières institutionnelles, surtout dans un cadre de libéralisation de la recherche publique. Nous avons donc inventé un laboratoire adapté aux situations d’urgence, souvent écologiques, mises en avant par différents collectifs citoyens. Je terminais à l’époque ma thèse au Cerdi, un laboratoire de recherche du CNRS, ce qui nous a aidé à bénéficier d’un certain nombre de soutiens financiers institutionnels dans le territoire auvergnat. Puis nous avons décidé de nous constituer en association pour devenir entièrement autonomes.

Votre laboratoire a émergé du constat d’un vide organisationnel, mais aussi de l’urgence environnementale. Quels sont vos principaux sujets de recherche ?

En ce moment même, nous travaillons sur deux sujets principaux :
— L’Anthropocène et nos relations à la nature. Nous avons notamment longtemps travaillé la question de l’animisme juridique, c’est-à-dire les innovations légales et juridiques à mettre en œuvre pour faire reconnaître les entités de la nature comme sujets de droit. Aujourd’hui nos équipes s’intéressent aux revitalisations animistes notamment dans l’élevage, l’analyse des zoonoses et les nouvelles formes d’agriculture en France.
— Les questions liées à la nécessaire adaptation stratégique des institutions, organisations et entreprises à l’Anthropocène. Afin de les aider dans cette voie, nous avons, entre autres, imaginé le concept de « redirection écologique ».

En effet, les repères traditionnels du management et de l’ingénierie ne sont plus adaptés aux situations écologiques critiques. La nécessaire bifurcation de ces disciplines passe donc par l’invention de concepts, méthodes et techniques que des membres de notre laboratoire, portent auprès d’ organisations et entreprises pour les aider à concevoir des stratégies à la hauteur des enjeux. Mais pour déconstruire et rediriger les personnes qui ont appris à gérer une entreprise en visant le développement systématique, la croissance et l’innovation intensive, il est très important de développer une méthode et une pédagogie inédite.

C’est ainsi que nous avons également fondé le tout premier master en Redirection Ecologique, en partenariat avec Strate Ecole de Design, car nous avons l’intuition que le design a un plus grand potentiel que l’ingénierie ou le management pour imaginer des méthodes d’ « atterrissage », comme disait Bruno Latour. La question de l’habitabilité ne peut être réduite à des questions de solutionnisme technologique, de marché, de performance ou de rentabilité. Elle doit prendre en considération des usages ou des fonctions sociales et politiques que le design peut embrasser, en plus de sa propension à penser la matérialité, le rôle social des infrastructures, des technologies et des techniques.

Du point de vue pédagogique, nous fonctionnons via la commande et l’enquête. Nos marches exploratoires, les « Anthropocene walks », peuvent par exemple nous amener à rencontrer ce que nous appelons des « organisations sentinelles » : des personnels hospitaliers, des agriculteurs et éleveurs, des gestionnaires de stations de ski ou de réserves écologiques menacées… qui de par leurs situations sur le front des manifestations concrètes de l’anthropocène, nous aident à saisir la dimension des problèmes à venir. Ce type de démarche est essentiel, car il nous semble que nos étudiants doivent mettre les mains dans le cambouis difficile de la transition écologique. C’est également une façon de ne pas faire intervenir uniquement des enseignants-chercheurs, ce qui leur permet de rencontrer des acteurs du territoire qui cherchent à concevoir des modèles alternatifs de subsistance et d’habitabilité.

Nous fonctionnons sur la base de ce que nous appelons des « commandes écologiques », qui peuvent nous être passées par un territoire, une entreprise, une organisation ou une institution… Il peut s’agir d’un directeur d’usine cherchant à lutter contre la robotisation, d’un « patron effondré » essayant de faire bifurquer son entreprise, ou d’un territoire soumis à un important stress hydrique qui s’efforce de penser le démantèlement progressif des piscines individuelles… Tous font face à une incompréhension ou à un rejet de la part d’opérateurs, d’actionnaires ou de populations qui n’ont pas toujours conscience de l’aspect irréversible et catastrophique de la situation. Ce sont eux que nous devons les aider à convaincre. Nos étudiants sont alors mobilisés pour développer une stratégie et designer des protocoles de redirection qu’ils peuvent dispenser dans les entreprises ou les institutions concernées, afin de transformer la vision de ces acteurs et d’essayer de créer des coalitions capables de mener à bien ces bifurcations.

La transformation écologique ne peut passer uniquement par l’agriculture, l’élevage, l’agroforesterie ou la gestion de l’eau. Nous avons la conviction que la redirection passe avant tout par l’industrie, la technologie, la finance, les modèles de pouvoir et d’organisation, et c’est ce qui nous intéresse particulièrement dans ce deuxième axe de recherche.

Bibliographie

explore

Article
Article

"Le réseau, il est vivant" — Les réseaux et ceux qui les maintiennent

Le paysage souterrain et aérien français compose avec environ 910 000 km de canalisations de distribution d’eau potable, et plus d’1,4 millions de km de lignes électriques. Indispensables dans nos vies quotidiennes, ils sont pourtant invisibilisés et de plus en plus questionnés à l’aune d’enjeux écologiques et technologiques qui poussent nos territoires à se transformer. Mais ces infrastructures ne peuvent-elles pas être perçues comme un patrimoine qu’il s’agit d’entretenir et dont il faut prendre soin ?

Découvrir
Vidéo

Antonin Yuji Maeno, Manon Leconte, Patrick Le Pense, Cyrille Terrolles

Vidéo

Métal

Avec Antonin Yuji Maeno, fondateur de Cutwork, Manon Leconte, fondatrice de Maximum Architecture, Patrick Lepense, Product & Segment Lead Manager de ArcelorMittal et président de Construire Acier et Cyrille Terrolles, directeur de l’innovation de GHM Eclatec. Dans un monde où le mythe de l’abondance s’effondre, cette série de conférences interroge la matière. Symbole de la révolution industrielle, l’essor du métal dans la construction a accompagné le renouveau de Paris sous Haussmann. Son origine dans les hauts fourneaux lui associe un imaginaire carboné. Il est pourtant encore largement présent dans les façades, et son utilisation semble prometteuse au regard de l’économie circulaire car il se désassemble facilement. Mais est-ce un avantage suffisant ?

Découvrir
Vidéo

Antoine Laugier, Thanh-Phong Lê

Vidéo

Esthétique des structures

Esthétique des structures est un ouvrage collectif, publié par l’association Architectes-Ingénieurs & Ingénieurs-Architectes (AAIIA). Agences reconnues, jeunes praticiens, chercheurs et étudiants y livrent un nouveau rapport à la structure, glissant des principes vitruviens d’utilité, de solidité et de beauté, vers l’économie de matière, la réversibilité des usages ou le réemploi des matériaux. Rencontre avec deux des concepteurs de l’ouvrage : Antoine Laugier, ingénieur-architecte et Thanh-Phong Lê, graphiste, qui nous offrent un aperçu du livre, autant objet que structure.

Découvrir
Vidéo
Vidéo

La vulnérabilité comme principe inclusif

Emma Vilarem est docteure en neurosciences cognitives, spécialisée dans l’étude des interactions sociales. Co-fondatrice de l’agence [S]CITY, elle aide les acteurs de la fabrique de la ville à intégrer dans leurs projets les besoins psychologiques, émotionnels et sociaux des habitants. Si l’environnement urbain affecte notre cerveau et nos comportements, l’attention portée aux personnes plus vulnérables ne pourrait-elle pas améliorer l’expérience globale de la ville ?

Découvrir
Vidéo

Justine Emard, Nicolas Bourriaud, Pierre Pauze

Vidéo

Les intelligences artificielles dans le processus de création

L’IA est une nouvelle forme d’intelligence dont le développement suscite inquiétudes et fables dystopiques. Loin de remplacer l’intelligence humaine, elle se constitue comme un nouvel outil à entraîner, piloter, façonner, pour obtenir le résultat escompté. Ainsi, certaines IA deviennent pour le plasticien, le photographe, l’architecte, le cinéaste, le musicien, l’illustrateur… un agent avec lequel collaborer pour donner lieu à une co-création. Conférence inaugurale du cycle « IA et Création » au Stream Innovation Center.

Découvrir
Article
Article

Êtres vivants

Né au sein de l’université Paris Sciences & Lettres, le collectif La Vie à l’œuvre, qui regroupe des chercheurs en sciences de la nature, en sciences humaines et sociales, mais également des artistes, explore depuis 2014 l’intelligence collective interdisciplinaire autour du thème du vivant. Fonctionnant comme un incubateur d’idées, ils explorent les potentialités du vivant, notamment via des expérimentations entre art et science. Un article Stream 05 – Nouvelles Intelligences à découvrir !

Découvrir
Vidéo

Jérôme Denis, David Pontille, Bérénice Gaussuin, Fanny Lopez

Vidéo

Restauration, transformation, maintenance : la transition à l'ère du soin

Au cours de cette table ronde, les quatre chercheurs abordent la question de la transition sous le prisme de différentes notions que sont la maintenance, la transformation, la réparation et la restauration. Des concepts qui ne sont pas sans évoquer les enjeux de destruction, reconstruction et réhabilitation en architecture.

Découvrir
Podcast

« Que pouvons-nous changer dans notre manière d'habiter pour préserver le sol en tant que milieu ? »

Podcast

« Que pouvons-nous changer dans notre manière d'habiter pour préserver le sol en tant que milieu ? »


Le sol comme milieu, la propriété comme faculté d'habiter

Elissa Al Saad est architecte et lauréate des Bourses Palladio 2023 pour sa thèse sur le sol comme milieu. En comparant différentes formes possibles d’appropriation du sol, elle fait émerger la question de la préservation de la ressource foncière face à celle de la propriété. L’objectif : penser la propriété comme support d’un mode d’habiter qui considère le sol comme un bien commun.

Écouter l'épisode