Entretien avec Arik Levy

  • Publié le 21 janvier 2017
  • Arik Levy
  • 7 minutes

Designer et artiste, diplômé en design industriel de l’Art Center College of Design de La Tour-de-Peilz en Suisse, Arik Levy, est à la tête du Arik Levy Art and Design Studio qui développe une approche multidisciplinaire de la conception. Il enseigne à l’École Nationale Supérieure de Création Industrielle / Les Ateliers, Paris, et anime des ateliers de design dans différentes écoles de design en Europe.

Stream : Vous concevez du mobilier de bureau pour Vitra depuis 2003, dont la collection ABC (2003), le système organisationnel Storage (2004) et votre dernier projet à ce jour, WorKit (2008). Pourriez-vous nous expliquer la logique de ces systèmes ?

Arik Levy :  L’un de mes premiers projets les plus formateurs en design de bureau fut le siège de Cartier à Paris, que j’ai achevé en 2001. J’ai remporté la consultation avec le soutien de Vitra. Il s’agissait de concevoir un système comprenant cloisons, bureaux, éclairage, etc, pour 20 000 m2 environ. Ce projet m’a non seulement appris les logiques de conception de bureaux, mais également la dimension technique des systèmes qui traitent des questions de fabrication, de livraison, d’installation et de l’évolution des besoins du client. Plus votre système autorise les reconfigurations et les réappropriations, meilleur il est. Tous les systèmes de mobilier veulent répondre à cet énoncé ; mon dernier projet, Born SilentWall, est un bon exemple d’outil organisationnel pour un grand open space de haute performance, dans ce cas précis acoustiquement sensible. Des systèmes comme celui-ci répondent aux besoins sans intervention architecturale. Aussi, WorKit se veut extrêmement rentable et doté d’espaces généreux. J’ai vraiment essayé d’envisager une utilisation très simple, un langage de conception clair et des modules interchangeables. WorKit peut s’adapter à toutes les dynamiques de gestion, à toutes les habitudes de travail, aux installations informatiques, à la gestion des câbles, voire aux préférences esthétiques du client. Le projet cherche à éliminer un seul et même bureau en renforçant ses attributs. J’envisage le bureau comme un concentrateur moderne de réseaux. Au milieu des villes, des voitures, des transports en commun, des téléphones mobiles, de l’industrie, du tic-tac des montres, vous pouvez ouvrir votre espace de travail. Le bureau sert parfois de seconde ou de première maison. Il est le lieu où vous investissez une bonne partie de votre journée ainsi qu’un paysage unique où se confondent les royaumes de l’interaction sociale, du travail et de la créativité ; une sorte de pique-nique urbain dans le cosmos.

Studio d'Arik Levy , Paris © Pooneh Erami & Heather Tipton

Anticiper les besoins

Stream : La modularité et l’assemblage semblent être les concepts les plus répandus dans la conception des espaces de bureau. La grande diversité des demandes d’utilisation exige des systèmes très génériques et modulaires. Pensez-vous qu’un système unique puisse être conçu pour satisfaire tous les besoins ?

Arik Levy : Bonne remarque. La réponse tient à la flexibilité de chaque élément, dans la mesure où chacun de ces éléments appartient au même ADN et à la même approche de conception. Le processus de développement et de conception ne s’arrête jamais à un « système ». Nous ne cessons de développer de nouveaux éléments et d’adapter de nouvelles idées pour anticiper les besoins et les satisfaire. Dans la planification de l’espace d’un projet spécifique, si un système est intégré suffisamment en amont, il a de meilleures chances de répondre et de satisfaire tous les besoins.

Stream : Quelle est votre méthode pour concevoir un système ? Les études sur l’évolution des méthodes de travail enrichissent-elles votre réflexion ? Quelles sont vos inspirations?

Arik Levy : L’observation est un outil très important. Tout comme l’expérience. Je me fie habituellement à mes instincts et à ce que j’identifie comme des manques. J’essaie d’imaginer ce qui pourrait, à l’avenir, être utile. Le bureau ayant toujours été très lent dans son adaptation aux mutations, je m’efforce d’être un précurseur dans mes créations. Je conceptualise, modélise ou simule des solutions pour répondre aux nouveaux besoins, puis je les propose à Vitra et ses équipes. Ensemble, nous disséquons le modèle, nous lui faisons prendre toutes les directions possibles pour enfin le reconstruire jusqu’à être totalement satisfaits du résultat. Une fois la décision prise, un prototype est créé pour les tests. Cette partie prend un certain temps, car un nouveau système est un investissement considérable. Ce processus d’expérimentation est la phase où je teste, vérifie et surtout, améliore les idées de manière holistique, en considérant tous les aspects du produit : production, transport, installation, livraison, etc. L’inspiration vient du voyage et du dialogue entre les gens : discussions et réflexions sur les expériences passées et les échanges interculturels.

Stream : Comment Vitra soutient-elle l’élaboration de vos créations ? Quelles relations entretenez-vous ?

Arik Levy : J’ai une excellente relation de travail avec Vitra. Nous nous voyons plusieurs fois dans l’année parce que nous avons plusieurs systèmes sur lesquels nous travaillons et de nouveaux concepts en développement. Il est très important pour moi de rencontrer l’équipe de développement de Vitra le plus souvent possible et de réfléchir ensemble. Ces réunions sont essentielles : les aspects techniques et d’ingénierie de la fabrication d’un système ont un impact colossal sur son esthétique et sa conception.

Stream : Comment le design peut-il influencer l’environnement de bureau ?

Arik Levy :  Mon travail sur les environnements de bureau ne se résume pas à une phrase telle que : « Salut, regardez ma belle table ! » Je suis très concerné par les problèmes auxquels nous sommes confrontés tous les jours lors de la conception d’un bureau, et qui se réduisent à construire, louer, décorer, travailler, travailler, travailler… déménager, vendre, changer et reconfigurer. J’envisage toutes les typologies d’utilisateurs finaux au moment de l’examen des fonctions à inclure dans ma conception du système. Ces typologies peuvent répondre à un besoin ou à un environnement différent. Un système bien conçu peut avoir une influence positive sur l’efficacité, les émotions et la psychologie, l’interaction sociale et l’économie. WorKit, Storage et Born SilentWall ont été installés dans des banques, des start-ups, des cabinets de conseil, des agences marketing et dans mon propre bureau. Ils conviennent à tous types d’entreprises et à tous types de besoins.

Physique et numérique

Stream :  Les méthodes de travail, de collaboration et de gestion sont en constante évolution, en particulier avec l’arrivée des « digital natives », terme employé par Marc Prensky pour désigner la génération née sous l’ère du numérique. Cela change-t-il vos stratégies de conception et les environnements de travail qui en découlent ?

Arik Levy : La communication a connu beaucoup de changements et la génération à venir sera peut-être encore plus dépendante des technologies numériques. Mais au fond, le problème est toujours le même : concevoir un espace pour les gens. Je tiens à concevoir des systèmes qui facilitent le contact et l’interaction, qui créent des espaces conviviaux et qui en fassent des lieux agréables où travailler. Malgré l’importance de la révolution numérique, il y a encore beaucoup d’autres questions qui affectent nos vies… Alors oui, peut-être que nous emmenons nos smartphones aux toilettes, mais je continue de donner du sens à mes réalisations : l’humain avant tout.

Stream :  Quelles sont les tendances que vous aimeriez intégrer aux environnements de travail ?

Arik Levy :  Dès qu’une chose devient à la mode, elle ne me semble plus pertinente ; ce que nous, les designers, cherchons dans ce champ d’activité, c’est nous projeter dans le futur. Nous devons anticiper les besoins avant qu’ils ne soient des tendances. La conception d’un système peut prendre de deux à quatre ans, voire plus. Les idées ne se cristallisent pas toujours tout de suite. Dès qu’une entreprise décide de déménager ou de rénover ses bureaux, deux à cinq années sont souvent nécessaires avant d’arriver au stade final du projet. Même si nous avons beaucoup moins de stabilité qu’hier, et que nous pouvons uniquement anticiper à court terme, chaque projet demeure très intense, exigeant, et nécessite beaucoup de clairvoyance, d’expérimentation et d’efforts afin de réaliser des systèmes qui s’adaptent aux besoins quotidiens de bureaux qui, eux, participent d’une réalité exigeant une adaptation constante.

Traduit de l’anglais par Mélanie Trinkwell

(Cet article a été publié dans Stream 02 en 2012.)

Bibliographie

explore

Vidéo
Vidéo

La vulnérabilité comme principe inclusif

Emma Vilarem est docteure en neurosciences cognitives, spécialisée dans l’étude des interactions sociales. Co-fondatrice de l’agence [S]CITY, elle aide les acteurs de la fabrique de la ville à intégrer dans leurs projets les besoins psychologiques, émotionnels et sociaux des habitants. Si l’environnement urbain affecte notre cerveau et nos comportements, l’attention portée aux personnes plus vulnérables ne pourrait-elle pas améliorer l’expérience globale de la ville ?

Découvrir
Podcast

« Quel Paris sous 50° ? Comment reculer le moment où ce scénario arrivera et se préparer au mieux à le vivre ? »

Paris à 50 degrés

Alexandre Florentin

Podcast

« Quel Paris sous 50° ? Comment reculer le moment où ce scénario arrivera et se préparer au mieux à le vivre ? »


Paris à 50 degrés

La capitale, dense et minérale, s’avère très peu adaptée aux chaleurs extrêmes auxquelles nous allons de plus en plus devoir faire face. Alors, quelles stratégies d’adaptation mettre en place ? C’est la question qui a été posée à Alexandre Florentin, conseiller de Paris délégué à la résilience et aux enjeux climatiques. Il a notamment présidé la mission « Paris à 50 degrés » qui a rendu son rapport il y a quelques mois : quels champs d’action pour les architectes et concepteurs urbains ?

Écouter l'épisode
Vidéo
Vidéo

L'art de la vie artificielle

Justine Emard est artiste plasticienne. Ses installations utilisent l’IA pour appréhender le vivant et explorent les frontières entre la vie organique et l’intelligence artificielle. Essaims d’abeilles, enregistrements encéphalographiques et peintures préhistoriques deviennent des supports d’apprentissage pour des algorithmes qui, à rebours des imaginaires dystopiques, donnent naissance à de nouveaux supra-hyper-organismes.

Découvrir
Vidéo

Justine Emard, Nicolas Bourriaud, Pierre Pauze

Vidéo

Les intelligences artificielles dans le processus de création

L’IA est une nouvelle forme d’intelligence dont le développement suscite inquiétudes et fables dystopiques. Loin de remplacer l’intelligence humaine, elle se constitue comme un nouvel outil à entraîner, piloter, façonner, pour obtenir le résultat escompté. Ainsi, certaines IA deviennent pour le plasticien, le photographe, l’architecte, le cinéaste, le musicien, l’illustrateur… un agent avec lequel collaborer pour donner lieu à une co-création. Conférence inaugurale du cycle « IA et Création » au Stream Innovation Center.

Découvrir
Article
Article

La ville au prisme du genre

Pour la géographe féministe Leslie Kern, l’environnement urbain n’est pas neutre et procède de normes et de rapports de pouvoir. Elle invite à examiner une plus grande variété de besoins d’usagers de la ville et à réintroduire la corporalité dans la conception urbaine. Cela se traduit par des interventions spatiales et sociales autour des questions de mixité d’usage et de prise en compte des voix marginalisées dans les processus de décision.

Découvrir
Podcast

« Capturer le conflit entre les chants de la nature et le bruit urbain. »

Le chant du vivant

Frédéric Jiguet

Podcast

« Capturer le conflit entre les chants de la nature et le bruit urbain. »


Le chant du vivant

Frédérique Jiguet est ornithologue, professeur au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris. Il pilote notamment le programme STOC : Suivi Temporel des Oiseaux Communs, qui vise à comprendre les impacts des changements globaux et les conséquences des activités humaines sur les oiseaux. Nous l’avons rencontré in situ, captant à cette occasion le conflit qui se joue entre les chants de la nature et le vacarme urbain.

Écouter l'épisode
Article
Article

Être artiste environnemental

Utilisant les faits scientifiques comme matière artistique, l’artiste néerlandais Thijs Biersterker cherche à connecter émotionnellement le public aux problèmes globaux pour inciter à agir. Il a recours à la technologie, notamment l’IA, comme medium. Ses installations immersives mettent en évidence l’intelligence et les systèmes de communication des plantes : une passerelle entre les vivants.

Découvrir
Podcast

« Ce que la littérature d'anticipation fait à la ville. »

Podcast

« Ce que la littérature d'anticipation fait à la ville. »


"Il sera une fois", ce que la littérature d'anticipation dit à la ville

L’espace est l’un des grands imaginaires de la science-fiction. En dépeignant des villes souvent dystopiques, auteurs et autrices dessinent en creux les contours d’une urbanité souhaitable. En prenant la littérature d’anticipation comme terrain d’enquête, Pierre-Antoine Marti, doctorant en histoire à l’EHESS, utilise les représentations du futur comme un ensemble de données pour mener une réflexion prospective sur les jeux d’influence entre science-fiction et innovation.

Écouter l'épisode