Sommes-nous en train de monétiser la nature ?

  • Publié le 15 octobre 2022
  • Virginie Maris
  • 6 minutes

Virginie Maris est philosophe de l’environnement. Parmi ses écrits on retrouve Nature à vendre – les limites des services écosystémiques dans lequel elle questionne la pertinence de l’évaluation monétaire des services rendus par la nature. Vous ne calculez jamais combien votre relation amoureuse vous rapporte, alors pourquoi le faire avec la nature ?

Extrait de l’article Penser la séparation au-delà du dualisme publié dans Stream 05 : Nouvelles Intelligences

Pouvons-nous imaginer nous extraire d’une vision utilitariste de la nature, responsable de la crise que nous vivons ? La notion de services écosystémiques par exemple, est aujourd’hui très largement mobilisée alors que certains la qualifient de « marchandisation de la nature ».

Les services écosystémiques rassemblent l’ensemble des bénéfices que les êtres humains et les sociétés tirent du fonctionnement des écosystèmes. Suivant le rapport du Millennium Ecosystem Assessment, nous pouvons y distinguer trois grandes catégories :
1/ Les services d’approvisionnement, soit l’ensemble des ressources renouvelables de la planète comme les ressources agricoles, sylvicoles, halieutiquesIssues de la pêche ;
2/ Les services de régulation, une nouveauté conceptuelle, qui concerne les fonctions des écosystèmes dont nous bénéficions sans nous en apercevoir, au travers du recyclage du carbone, de l’eau, des nutriments, mais également de la prédation, de la pollinisation ou des îlots de fraîcheur ;
3/ Les services culturels, soit les bénéfices immatériels que nous tirons de la nature, à l’image des services récréatifs, scientifiques, pédagogiques, l’attachement aux lieux, l’identification culturelle, voire des valeurs spirituelles et morales.
Je pense néanmoins que cette troisième catégorie ne peut absolument pas être qualifiée de service, ni être réduite à la notion de bénéfice. Il s’agit d’une valeur culturelle ou relationnelle qui impacte directement les êtres humains, leurs identités, leurs intérêts et leur bien-être de façon beaucoup plus constitutive que de simples bénéfices.

Si nous considérons uniquement les deux premières catégories, nous pouvons reprocher à la notion de services écosystémiques une sorte de mimétisme lexical avec le monde de l’économie. Ce terme est en effet né de la volonté d’adopter le langage des « décideurs », avec la volonté d’inscrire la protection de la nature dans les agendas politiques, dont les écologues des années 1990-2000 supposaient qu’ils étaient largement influencés par des agendas économiques. Le risque de marchandisation de la nature ne provient néanmoins pas de cette approche en elle-même, mais plutôt de l’évaluation économique des services écosystémiques. Ces évaluations peuvent être assez parlantes et utiles d’un point de vue « pédagogique », je pense notamment à la fameuse étude « Changes in the global value of ecosystem services »Costanza et al. 1997; Costanza et al. 2014,qui a révélé en 1997 que la totalité des services écosystémiques que la nature nous rend gratuitement représente trois fois en dollars le PIB mondial, mais cela soulève toute de même des questions, et nombre de travaux refusent d’y avoir recours.

Pour illustrer les problèmes que cela pose, prenons l’exemple de la ville de New York. Au début des années 1980, elle a réalisé une évaluation de la valeur économique de la conservation du bassin-versant de l’Hudson, dans les montagnes Catskill. Il a ainsi été démontré que maintenir un bon état écologique et hydrologique de ces montagnes était bien plus rentable que d’investir dans les usines de potabilisation pour conserver une eau de bonne qualité. Mais la même évaluation refaite en 2008, dans un contexte de crise financière, avec une chute du coût de la main-d’œuvre et des outils technologiques, montrait au contraire qu’il était devenu plus rentable de construire des usines de potabilisation plutôt que d’investir dans la préservation des écosystèmes… Ces méthodologies d’évaluation monétaire peuvent donc ouvrir le débat public et contribuer à la prise de décision, mais elles ne doivent en aucun cas être le seul élément pour trancher, puisqu’elles sont discutables du fait de leur instabilité temporelle et de leur dépendance au contexte. Ces outils sont mobilisables dans certains cas précis, mais ils ne condensent pas la complexité de la nature.

Plus fondamentalement, la question de l’efficience économique, qui s’inscrit dans une idéologie de croissance, m’apparaît irréconciliable avec la construction d’un rapport à la nature moins toxique, moins violent et moins extractiviste.

Ceci consiste à penser que la valeur de toute chose ne peut être que économique. N’est-ce pas sous évaluer la valeur profonde de la nature ?

En effet, entrevoir la nature uniquement sous le prisme des services écosystémiques revient à évaluer la valeur d’une relation amoureuse selon un calcul de coûts/bénéfices monétaires : un loyer divisé par deux, des séances de psy évitées, des dépenses téléphoniques engendrées… Ce calcul indique ce que coûte ou rapporte une relation, mais n’est absolument pas représentatif de la véritable valeur que nous lui attachons. De plus, adopter une telle attitude risque de déposer un « filtre de comptabilité » sur la perception d’une relation, émoussant ainsi la capacité des partenaires à s’engager. De la même manière, les services écosystémiques engendrent une sous-évaluation flagrante de la valeur profonde de la nature en s’appuyant sur des informations circonstancielles, très peu pertinente pour penser ces valeurs. La marchandisation à laquelle vous faites allusion relève d’un registre symbolique qui implique une perception de la nature comme simple ressource. Le principal risque réside selon moi dans une dégradation de notre capacité à nous émouvoir et à valoriser les choses pour leurs richesses intrinsèques. Comme dans l’exemple de la relation amoureuse, il est possible que les valeurs profondes, authentiques et désintéressées qui nous lient au monde naturel s’émoussent petit à petit jusqu’à disparaître.

Ni le dualisme, ni les services écosystémiques ne révèlent une approche constitutive de l’être humain. Il s’agit de constructions et de dispositifs complexes qui nous ont entraînés individuellement et collectivement dans un rapport mortifère au vivant. N’étant pas misanthrope, je ne crois pas que les êtres humains soient génétiquement programmés pour être de terribles tortionnaires, dominateurs et prédateurs. L’enjeu est donc aujourd’hui de raviver notre capacité d’émerveillement, d’interaction et de souci, au sens du care, plutôt que de les tarir et de les refréner. Cela se joue d’un point de vue philosophique, mais également politique, à l’échelle urbaine, dans la manière d’ouvrir les villes sur la nature et de penser les déplacements. Il revient à chacun de nous d’essayer de réhabiliter cette capacité à se soucier des autres, y compris des non-humains.

Bibliographie

explore

Vidéo
Vidéo

La vulnérabilité comme principe inclusif

Emma Vilarem est docteure en neurosciences cognitives, spécialisée dans l’étude des interactions sociales. Co-fondatrice de l’agence [S]CITY, elle aide les acteurs de la fabrique de la ville à intégrer dans leurs projets les besoins psychologiques, émotionnels et sociaux des habitants. Si l’environnement urbain affecte notre cerveau et nos comportements, l’attention portée aux personnes plus vulnérables ne pourrait-elle pas améliorer l’expérience globale de la ville ?

Découvrir
Article
Article

La ville au prisme du genre

Pour la géographe féministe Leslie Kern, l’environnement urbain n’est pas neutre et procède de normes et de rapports de pouvoir. Elle invite à examiner une plus grande variété de besoins d’usagers de la ville et à réintroduire la corporalité dans la conception urbaine. Cela se traduit par des interventions spatiales et sociales autour des questions de mixité d’usage et de prise en compte des voix marginalisées dans les processus de décision.

Découvrir
Podcast

« Capturer le conflit entre les chants de la nature et le bruit urbain. »

Le chant du vivant

Frédéric Jiguet

Podcast

« Capturer le conflit entre les chants de la nature et le bruit urbain. »


Le chant du vivant

Frédérique Jiguet est ornithologue, professeur au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris. Il pilote notamment le programme STOC : Suivi Temporel des Oiseaux Communs, qui vise à comprendre les impacts des changements globaux et les conséquences des activités humaines sur les oiseaux. Nous l’avons rencontré in situ, captant à cette occasion le conflit qui se joue entre les chants de la nature et le vacarme urbain.

Écouter l'épisode
Article
Article

Être artiste environnemental

Utilisant les faits scientifiques comme matière artistique, l’artiste néerlandais Thijs Biersterker cherche à connecter émotionnellement le public aux problèmes globaux pour inciter à agir. Il a recours à la technologie, notamment l’IA, comme medium. Ses installations immersives mettent en évidence l’intelligence et les systèmes de communication des plantes : une passerelle entre les vivants.

Découvrir
Podcast

« Ce que la littérature d'anticipation fait à la ville. »

Podcast

« Ce que la littérature d'anticipation fait à la ville. »


"Il sera une fois", ce que la littérature d'anticipation dit à la ville

L’espace est l’un des grands imaginaires de la science-fiction. En dépeignant des villes souvent dystopiques, auteurs et autrices dessinent en creux les contours d’une urbanité souhaitable. En prenant la littérature d’anticipation comme terrain d’enquête, Pierre-Antoine Marti, doctorant en histoire à l’EHESS, utilise les représentations du futur comme un ensemble de données pour mener une réflexion prospective sur les jeux d’influence entre science-fiction et innovation.

Écouter l'épisode
Vidéo
Vidéo

Établir des synergies régénératrices

La philosophe, chercheuse et enseignante en école d’architecture Chris Younès prône la mise en œuvre de « synergies régénératrices » pour apprendre à collaborer, respecter les dynamiques de la nature et rechercher une nouvelle forme d’harmonie – pas simplement esthétique mais également éthique et politique -, pour améliorer la fabrique des milieux habités. Une attitude prônée par de nombreux chercheurs en architecture !

Découvrir
Podcast

« Comment les territoires font-ils face à la réduction de leur capacité énergétique ? »

Désescalade énergétique

LABEX Futurs urbains

Podcast

« Comment les territoires font-ils face à la réduction de leur capacité énergétique ? »


Désescalade énergétique

Comment les territoires font-ils face à la réduction de leur puissance énergétique ? À l’occasion de la journée d’étude Désescalade Énergétique, organisée à l’agence par le groupe de travail Ville et Énergie du Labex FuturS Urbains, cinq chercheurs et chercheuses présentent leurs travaux. Beyrouth, passage du cyclone Irma sur l’Île de Saint-Denis, gestion des ressources au Moyen-Âge, choc pétrolier de 1973, et crise environnementale actuelle : tour d’horizons.

Écouter l'épisode
Vidéo
Vidéo

Villages déplacés, populations déracinées

Moussa Belkacem est doctorant en architecture au sein du laboratoire OCS de l’École d’architecture de la ville & des territoires Paris-Est. Son travail porte sur les déplacements de villages en Europe entre 1945 et 2045. Il interroge les projets de relocalisation des lieux menacés de disparition, insistant notamment sur la nécessité de penser les liens entre démolition et reconstruction, pour mieux accompagner ces déracinements.

Découvrir