Solutions fondées sur la nature

Podcast

« Capturer le conflit entre les chants de la nature et le bruit urbain. »

Le chant du vivant

Frédéric Jiguet

Podcast

« Capturer le conflit entre les chants de la nature et le bruit urbain. »


Le chant du vivant

Frédérique Jiguet est ornithologue, professeur au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris. Il pilote notamment le programme STOC : Suivi Temporel des Oiseaux Communs, qui vise à comprendre les impacts des changements globaux et les conséquences des activités humaines sur les oiseaux. Nous l’avons rencontré in situ, captant à cette occasion le conflit qui se joue entre les chants de la nature et le vacarme urbain.

Écouter l'épisode
  • Paris
  • 2020
  • Livré
  • Paris
  • 2020
  • Livré
Exposition "Champs-Élysées, histoire & perspectives"

L’exposition Champs-Élysées, histoire & perspectives présente une étude menée par PCA-STREAM entre 2018 et 2020, à l’initiative du Comité Champs-Élysées, avec la collaboration d’une cinquantaine de chercheurs, scientifiques, acteurs économiques et culturels français et internationaux. Elle retrace l’évolution de la « plus belle avenue du monde » et propose une vision adaptée aux enjeux contemporains.

Découvrir
Vidéo
Vidéo

Piloter la Chaire "Ville-Métabolisme"

Périg Pitrou est anthropologue, Directeur de recherche CNRS, à la Maison Française d’Oxford et Responsable de l’équipe « Anthropologie de la vie » au Collège de France ». Il est directeur scientifique de la chaire Ville-métabolisme qui allie l’agence à l’Université PSL (Paris Sciences et Lettres). L’objectif : identifier la manière dont les collaborations interdisciplinaires peuvent aider à surmonter les défis de la construction des futur mondes urbains.

Découvrir
  • Lille
  • 2023
  • En cours
  • Lille
  • 2023
  • En cours
ShAKe

ShAKe offre au quartier Euralille une silhouette atypique et conviviale, avec une promenade arborée en spirale surmontée d’un belvédère. PCA-STREAM y repense l’immeuble de bureaux en l’ouvrant à la ville et à ses habitants, pour s’adapter aux évolutions d’un monde du travail de plus en plus décloisonné. La forme du bâtiment-promenade s’y fait invitation à la vie et au partage.

Découvrir
Vidéo

Véronique Mure

Vidéo

Jardiner les racines

Comprendre le vivant c’est comprendre l’invisible. Véronique Mure, botaniste spécialisée dans les paysages méditerranéens en est convaincue. En s’attachant à la relation que les hommes entretiennent avec le végétal, elle sensibilise les acteurs de l’urbain à l’importance du sol et des racines et propose d’en prendre soin, comme un jardinier.

Découvrir
Article
Article

Sommes-nous en train de monétiser la nature ?

Virginie Maris est philosophe de l’environnement. Parmi ses écrits on retrouve Nature à vendre – les limites des services écosystémiques dans lequel elle questionne la pertinence de l’évaluation monétaire des services rendus par la nature. Vous ne calculez jamais combien votre relation amoureuse vous rapporte, alors pourquoi le faire avec la nature ? Extrait de l’article Penser la séparation au-delà du dualisme publié dans Stream 05 : Nouvelles Intelligences

Découvrir
Podcast

« Un Plan Canopée pour lutter contre les îlots de chaleur urbaine. »

Podcast

« Un Plan Canopée pour lutter contre les îlots de chaleur urbaine. »


Des solutions fondées sur la nature

Frédéric Ségur est responsable du service Paysage et Foresterie Urbaine de la métropole de Lyon. En tant que directeur du Plan canopée, il veille à la mise en cohérence des actions publiques liées à l’eau, au végétal et au climat et nous alerte sur l’importance de retrouver un savoir perdu : planter et entretenir les arbres urbains. LIRE LE TRANSCRIPT

Écouter l'épisode
Vidéo

Pierre Kerrand

Vidéo

Des jardins sans racines

Pierre Kerrand est pépiniériste, spécialisé dans la culture de Tillandsia. Ces plantes génèrent des fleurs colorées, supportent la sècheresse, l’humidité et des températures variables. Elles ne demandent pas d’entretien mais surtout, elles n’ont pas besoin de sol pour se développer et dépolluent l’air avec une grande efficacité.

Découvrir
Article

Le langage des forêts

Eduardo Kohn

Article

Le langage des forêts

L’anthropologue, auteur de Comment pensent les forêts (Zones Sensibles, 2017) revient sur son expérience amazonienne auprès du peuple Runa pour transmettre à nos esprits occidentaux l’idée d’un langage qui puisse dépasser les mots et les symboles. Un langage qui relie les êtres de la forêt, humains et non humains. Un langage que nous aurions perdu…

Découvrir
Article
Article

Expérimenter et transmettre un nouveau droit écosystémique

La remise en question de la vision binaire du monde issue de la modernité, qui séparait nature et culture, interroge en profondeur notre rapport au vivant et la place que nous lui accordons. Si nous dépassons notre anthropocentrisme, comment donner un nouveau statut à la nature, de façon à mieux la préserver ? Pour Marine Calmet, il s’agit de sortir de l’esprit de domination et des logiques productivistes de croissance pour raisonner en termes de communs et de protection du vivant. Avec le programme pédagogique prospectif Wild Legal, elle explore et imagine, à partir de cas d’étude concrets, la création de nouveaux outils juridiques, notamment autour du concept d’« écocide », pour défendre l’environnement et imaginer des types de gouvernance articulant plus harmonieusement les échelles du local et du global.

Découvrir
Article
Article

Métamorphoser la ville en musée de la nature contemporaine

Alors que nous repensons notre place d’humain au sein de la nature, le philosophe Emanuele Coccia étudie le phénomène naturel de la métamorphose pour le développer en un concept philosophique permettant de penser l’espèce humaine au sein d’un souffle vital unique se transmettant de forme de vie en forme de vie. À l’opposé d’une vision pénitentielle de l’écologie, il s’oppose à l’idée que le vivant relèverait fondamentalement d’équilibres écologiques, la vie étant une métamorphose perpétuelle – et non pas un équilibre. Il promeut ainsi l’idée d’une transformation des villes en « musées de la nature contemporaine », de façon à dépasser l’opposition classique entre nature et culture et réinstaurer une logique urbaine interspéciste, dans une perspective de cohabitation entre toutes les formes de vie et de biodiversité.

Découvrir
Article
Article

Imagination globale, action locale

À l’origine du mouvement villes en transition, Rob Hopkins considère que la transition doit devenir un mode de pensée et de vie permanent pour sortir de la crise. Il propose notamment de déclarer « l’état d’urgence climatique » et de ne plus construire, enseigner et produire qu’à partir de cette nouvelle perspective. Il s’agit d’inciter à l’action et de revoir l’ensemble du système de production et de consommation mondialisé. En s’appuyant sur la mise en réseau d’actions locales et citoyennes, qui proposent de nouveaux modèles universellement reproductibles basés sur les biens communs et la coopération, il entend générer un phénomène global, dans un esprit de décroissance.

Découvrir
Article
Article

Solutions fondées sur la nature

Si l’augmentation de la part du végétal en ville joue un rôle crucial dans la lutte contre les îlots de chaleur urbains, l’arbre doit y être abordé comme une question systémique, en interface avec l’air, le sol ou l’eau. Pour Frédéric Ségur, il faut renouer avec la connaissance de la foresterie urbaine, de façon à retrouver l’intelligence des arbres et battre en brèche les présupposés sur leur durée de vie en ville. Au-delà des annonces politiques, il s’agit de planter bien (plutôt que beaucoup), d’offrir de bonnes conditions de développement, un espace et un sol vivant, de tenir compte des écotypes, mais également de faire évoluer la palette végétale en fonction du réchauffement climatique.

Découvrir
Article

Le temps des arbres

Francis Hallé

Article

Le temps des arbres

La redécouverte des services écosystémiques de la nature en ville, notamment dans la lutte contre la pollution et les îlots de chaleur, a remis en avant le rôle et l’intelligence des arbres, dont le botaniste Francis Hallé décrit l’« architecture végétale ». Il plaide pour une plus grande place des arbres en ville, pensés comme préalable à toute urbanisation, ce qui suppose de promouvoir une connaissance intime de leur fonctionnement et de leur temporalité pour mieux les planter, les entretenir et les respecter.

Découvrir
Vidéo

Ariane Lourie Harrison

Vidéo

L’architecture post-humaine

Ariane Lourie Harrison est architecte et professeur à l’université de Yale. Elle nous décrit ici l’architecture post-humaine, une approche performative et interactive de l’environnement construit qui s’adresse à différentes espèces. Les technologies scientifiques nous ont permis de mieux connaître les différentes espèces (notamment les microbes et les bactéries) et d’établir des moyens de communication avec eux. Cette nouvelle relation entre l’Homme et la nature est essentielle dans le contexte architectural où le « greenwashing » n’est pas forcément mené dans le respect de la biodiversité et des besoins des entités animales et non-humaines.

Découvrir

stream voices

Désireuse de partager plus généreusement les fruits de ses collaborations et de ses recherches, PCA-STREAM édite STREAM VOICES, son magazine en ligne.