Vivant

  • Publié le 5 juillet 2024
  • Aurélie Mossé, Marie Sarah Adenis, Simon Trancart
  • 90 minutes

Avec Marie Sarah Adenis, artiste, Aurélie Mossé, professeure chercheure à l’ENSAD et Simon Trancart, Head of Adaptive Laboratory Evolution de Ginkgo BioWorks

On parle souvent du bois comme un matériau vivant car il réagit à l’humidité ambiante, se patine. Pourtant, lorsque l’on coupe un arbre pour exploiter son bois, il meurt et cesse notamment toute photosynthèse. Quelles autres formes de vivant peut-on cultiver, faire grandir pour construire et créer et avec quelle éthique ? Quel avenir pour des matériaux organiques pouvant se régénérer rapidement ou peut-être ne jamais mourir et continuer à évoluer comme matière vivante ?  En passant des propriétés colorimétriques des microbes à l’utilisation d’algues pour développer des réactions chimiques alternatives afin de former des ciments et des céramiques moins émetteurs en carbone, quelles possibilités nous offre le vivant pour repenser la création ?

Bibliographie

explore

Vidéo

Liliana Doganova, Mathieu Arnoux, Vincent Charlet, Isabelle Bensidoun

Vidéo

Perspectives

Mathieu Arnoux, professeur à l’Université de Paris et Directeur d’études à l’EHESS, Isabelle Bensidoun, économiste au CEPII, Vincent Charlet, économiste fondateur de la Fabrique de l’Industrie et Liliana Doganova, sociologue chercheure au CSI des Mines de Paris.   Cette conférence conclusive met en regard les dynamiques sociétales et économiques liées à l’exploitation des matériaux à l’échelle nationale et planétaire. La guerre en Ukraine a révélé nos dépendances à nos voisins et relancé des questions de souveraineté et d’autosuffisance. La France a été moins impactée par l’embargo sur le gaz russe que l’Allemagne, mais la transition vers des énergies renouvelables ne se fera pas sans les terres rares que nous importons essentiellement de Chine. Les limites de la mondialisation semblent être atteintes, qu’est-ce que cela implique pour notre industrie, nos filières et notre politique économique ? Quel rôle joueront les marchés, notamment carbone, dans l’encouragement de matériaux nationaux et européens ?

Découvrir
Vidéo
Vidéo

L'art de la vie artificielle

Justine Emard est artiste plasticienne. Ses installations utilisent l’IA pour appréhender le vivant et explorent les frontières entre la vie organique et l’intelligence artificielle. Essaims d’abeilles, enregistrements encéphalographiques et peintures préhistoriques deviennent des supports d’apprentissage pour des algorithmes qui, à rebours des imaginaires dystopiques, donnent naissance à de nouveaux supra-hyper-organismes.

Découvrir
Vidéo

Antonin Yuji Maeno, Manon Leconte, Patrick Le Pense, Cyrille Terrolles

Vidéo

Métal

Avec Antonin Yuji Maeno, fondateur de Cutwork, Manon Leconte, fondatrice de Maximum Architecture, Patrick Lepense, Product & Segment Lead Manager de ArcelorMittal et président de Construire Acier et Cyrille Terrolles, directeur de l’innovation de GHM Eclatec. Dans un monde où le mythe de l’abondance s’effondre, cette série de conférences interroge la matière. Symbole de la révolution industrielle, l’essor du métal dans la construction a accompagné le renouveau de Paris sous Haussmann. Son origine dans les hauts fourneaux lui associe un imaginaire carboné. Il est pourtant encore largement présent dans les façades, et son utilisation semble prometteuse au regard de l’économie circulaire car il se désassemble facilement. Mais est-ce un avantage suffisant ?

Découvrir
Podcast

« Les égouts sont le miroir des pratiques de surface. »

Ce que les égouts disent de nous

Catherine Carré, Thomas Thiebault

Podcast

« Les égouts sont le miroir des pratiques de surface. »


Ce que les égouts disent de nous

Saviez-vous que nous avions beaucoup à apprendre des égouts ? En effet, les égouts recèlent de nombreux indicateurs chimiques qui renseignent sur les pratiques des habitants en surface : prise de médicaments, de drogues, alimentation, état de la flore intestinale… En se focalisant sur la ville de Paris, le projet de recherche EGOUTS, financé par l’ANR (Agence Nationale de la Recherche), cherche à éclairer les politiques publiques “par le côté sombre de la ville lumière”.

Écouter l'épisode
Article
Article

De l'enseignement magistral à l'apprenant acteur : métamorphose des espaces éducatifs

Animés par une course à l’attractivité, les campus se muent en vitrines architecturales, rivalisant avec les sièges sociaux des entreprises pour incarner des valeurs nouvelles et attirer les esprits curieux. La forme et la fonction des campus évoluent pour répondre aux besoins changeants de l’enseignement, où la tradition rencontre l’innovation dans un élan vers l’excellence et l’inclusivité. Nous entrons dans une nouvelle ère de l’enseignement supérieur !

Découvrir
Vidéo
Vidéo

La vulnérabilité comme principe inclusif

Emma Vilarem est docteure en neurosciences cognitives, spécialisée dans l’étude des interactions sociales. Co-fondatrice de l’agence [S]CITY, elle aide les acteurs de la fabrique de la ville à intégrer dans leurs projets les besoins psychologiques, émotionnels et sociaux des habitants. Si l’environnement urbain affecte notre cerveau et nos comportements, l’attention portée aux personnes plus vulnérables ne pourrait-elle pas améliorer l’expérience globale de la ville ?

Découvrir
Vidéo

Jérôme Denis, David Pontille, Bérénice Gaussuin, Fanny Lopez

Vidéo

Restauration, transformation, maintenance : la transition à l'ère du soin

Au cours de cette table ronde, les quatre chercheurs abordent la question de la transition sous le prisme de différentes notions que sont la maintenance, la transformation, la réparation et la restauration. Des concepts qui ne sont pas sans évoquer les enjeux de destruction, reconstruction et réhabilitation en architecture.

Découvrir
Article
Article

Repenser le campus : entre tradition et innovation

Par essence quête d’un idéal, la forme du campus est traversée de tensions héritées de sa longue histoire, toujours actuelles face à sa nécessaire adaptation aux enjeux contemporains. Animés par une course à l’attractivité, les campus se muent en vitrines architecturales, rivalisant avec les sièges sociaux pour incarner des valeurs nouvelles et attirer les talents. Leurs formes et fonctions évoluent pour répondre aux besoins changeants de l’enseignement et de la société. En embrassant les figures de l’agora et du jardin, dichotomie originelle des campus, ces bastions du savoir tracent les contours d’une nouvelle ère de l’enseignement supérieur.

Découvrir